Skip to main content

Actions de l’UE visant à renforcer la sécurité alimentaire mondiale

Renforcer les systèmes alimentaires dans le monde grâce à l’aide humanitaire et à la coopération internationale

L’invasion russe de l’Ukraine met en péril la sécurité alimentaire de millions de personnes dans le monde, en particulier dans les pays à faible revenu qui dépendent des importations de denrées alimentaires et d’engrais.

L’Union européenne prend des mesures afin de rétablir la sécurité alimentaire mondiale grâce à la coopération internationale. Elle apporte également une aide humanitaire et un soutien aux agriculteurs les plus touchés.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a des répercussions dans le monde entier. Elles menacent l’existence et les moyens de subsistance de millions de personnes tout autour de la planète, qui craignent de ne plus avoir les moyens de nourrir leurs enfants ou de se chauffer.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne
ursula von der leyen

L’agression de l’Ukraine par la Russie est à l’origine de la crise alimentaire mondiale

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a eu une incidence immédiate sur la sécurité alimentaire de millions de personnes dans le monde. Les coûts ont augmenté tout au long de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. La hausse des coûts de l’énergie et des engrais a déstabilisé les marchés agricoles, et les flux commerciaux à destination et en provenance de l’Ukraine et de la Russie sont perturbés.

À elle seule, l’Ukraine fournit plus de la moitié de l’approvisionnement en blé du Programme alimentaire mondial. Les bombardements et les pilonnages empêchent les agriculteurs ukrainiens de semer.

La Russie cible et détruit délibérément des machines agricoles, des stocks alimentaires ainsi que les capacités de transformation et de transport en Ukraine.

La Russie limite ses exportations alimentaires et bloque des centaines de navires remplis de blé en mer Noire.

Les sanctions imposées par l’UE à la Russie et à la Biélorussie ne ciblent pas le secteur agricole. L’achat, l’importation et le transport de produits agricoles et alimentaires sont exemptés de l’interdiction frappant les navires battant pavillon russe.

Réponse de l’UE

En tant que partenaire fiable et de longue date de nombreux pays du monde, l’UE s’emploie à garantir la sécurité alimentaire mondiale et à mettre en place des systèmes alimentaires résilients.

La disponibilité de denrées alimentaires n’est actuellement pas en danger dans l’Union, étant donné que le continent est largement autosuffisant en ce qui concerne de nombreux produits agricoles. Notre secteur agricole est toutefois un importateur net de produits spécifiques, par exemple de protéines fourragères. Cette vulnérabilité, conjuguée aux coûts élevés des intrants tels que les engrais et l’énergie fossile, créé des difficultés de production pour les agriculteurs et risque de faire grimper les prix des denrées alimentaires.

La Commission européenne propose un large éventail d’actions à court et à moyen terme afin d’améliorer la sécurité alimentaire mondiale et de soutenir les agriculteurs et les consommateurs au sein de l’Union face à la hausse des prix des denrées alimentaires et des coûts des intrants.

Nous:

contribuons à faire sortir le blé d’Ukraine;

soutenons les populations vulnérables;

intensifions notre production alimentaire;

supprimons les restrictions au commerce des denrées alimentaires et promouvons le multilatéralisme.

Renforcer la sécurité alimentaire mondiale

8 milliards d’euros
investis par l’UE en faveur de la sécurité alimentaire mondiale (2020-2024)
Plus de 70 pays
bénéficieront d'un soutien afin d’accroître la résilience de leurs systèmes alimentaires

Impact mondial de la réduction de la production végétale

La Commission s’est engagée à prendre toutes les mesures nécessaires pour que l’UE, en tant qu’exportateur net de denrées alimentaires et producteur agroalimentaire de premier plan, contribue à la sécurité alimentaire mondiale. L’Union est l’un des principaux pourvoyeurs d’assistance humanitaire et d’aide au développement en ce qui concerne l'alimentation et les systèmes alimentaires.

Tant les coûts que les besoins humanitaires devraient augmenter et exercer une pression supplémentaire sur l’aide humanitaire. Depuis 2015, l’UE consacre un minimum de 350 millions d’euros par an à l’aide alimentaire humanitaire. Entre 2020 et 2024, l’UE a investi 8 milliards d’euros en faveur de la sécurité alimentaire mondiale. Au cours de la période 2021-2027, l’UE soutiendra les systèmes alimentaires de quelque 70 pays partenaires.

  • Le 6 avril, l’UE et les États membres se sont engagés à verser plus d’1 milliard d’euros pour assurer la sécurité alimentaire au Sahel. 
  • Le 26 avril, ils se sont engagés à verser 633 millions d’euros pour apporter une aide d’urgence et renforcer la résilience et les systèmes alimentaires dans la Corne de l’Afrique.
  • Le 24 septembre, l’UE a alloué 600 millions d’euros aux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique les plus vulnérables touchés par la crise alimentaire.

  • Le 14 novembre, la Commission a annoncé un nouveau train de mesures d’aide humanitaire de 210 millions d’euros en faveur des 15 pays les plus touchés par les effets dévastateurs de l’insécurité alimentaire croissante.

En ce qui concerne le voisinage méridional, l’UE a adopté un plan de soutien de 225 millions d’euros afin d’atténuer les effets d’éventuelles crises alimentaires dues à la forte dépendance à l’égard des importations de denrées alimentaires perturbées par la guerre.

Par ailleurs, l’UE continuera de plaider vivement contre des restrictions à l’exportation et les interdictions d’exporter des denrées alimentaires, ainsi qu’en faveur d’un marché unique qui fonctionne bien.

La crise profonde que nous traversons confirme que nous devons accélérer à l’échelle mondiale la transition du système alimentaire vers la durabilité et la résilience afin d’être mieux préparés aux crises futures. Dans le prolongement du sommet 2021 des Nations unies sur les systèmes alimentaires, la Commission participe à huit coalitions mondiales qui ont toutes pour finalité la transformation du système alimentaire, la résilience et la croissance durable de la productivité.

Soutien à l'Ukraine

L’UE fait tout son possible pour que les céréales bloquées en Ukraine arrivent sur les marchés mondiaux, afin de pouvoir fournir aux Ukrainiens des recettes essentielles et au Programme alimentaire mondial les approvisionnements dont il a cruellement besoin.

L’UE ouvre des corridors de solidarité et finance différents modes de transport, afin que les céréales ukrainiennes parviennent aux pays les plus vulnérables de la planète.

Corridors de solidarité de l’UE
Principaux corridors pour les exportations agricoles de l’Ukraine
15 millions de tonnes
de produits agricoles ukrainiens exportés grâce aux corridors de solidarité de l’UE
1 milliard d’euros
investis par la Commission européenne et ses partenaires pour maintenir et renforcer les capacités des corridors

L’UE intensifie également sa propre production afin d’alléger la pression sur les marchés alimentaires mondiaux et collabore avec le Programme alimentaire mondial afin que les stocks disponibles et des produits supplémentaires puissent parvenir aux pays vulnérables à des prix abordables.

La Commission aide également l’Ukraine à élaborer et mettre en œuvre une stratégie de sécurité alimentaire à court et à moyen terme afin de veiller à ce que les contributions parviennent aux exploitations dans la mesure du possible et à ce que les installations de transport et de stockage soient préservées pour permettre au pays de nourrir ses citoyens et, à terme, de reprendre le contrôle de ses marchés d’exportation.

Solidarité de l’UE avec l’Ukraine

Aide aux agriculteurs de l’UE

Un montant de 500 millions d’euros viendra s’ajouter aux dotations nationales pour soutenir directement les agriculteurs les plus touchés par l’augmentation des coûts des intrants et la fermeture des marchés d’exportation. Les pays de l’UE peuvent compléter cette aide à hauteur de 200 % par des fonds nationaux.

Afin de remédier aux difficultés de trésorerie auxquelles les agriculteurs sont actuellement confrontés, les pays de l’UE seront autorisés à verser à l’avance des niveaux plus élevés de paiements directs au titre de la PAC.

La Commission a déjà:

  • accordé une dérogation exceptionnelle et temporaire autorisant la production de cultures sur des terres mises en jachère au sein de l’UE, tout en maintenant l’intégralité des paiements verts aux agriculteurs;
  • proposé un nouvel encadrement temporaire de crise qui couvrirait également les agriculteurs, les producteurs d’engrais et le secteur de la pêche.

La Commission introduira également des mesures de marché du type «filet de sécurité» pour soutenir le marché de la viande de porc, compte tenu de la situation particulièrement difficile de ce secteur.

Soutien aux consommateurs de l’UE

Des mesures visant à améliorer l’approvisionnement en denrées alimentaires de base contribueront à atténuer les tensions sur les prix.

Les États membres peuvent également appliquer des taux de TVA réduits et encourager les opérateurs économiques à maîtriser les prix de détail.

Ils peuvent en outre recourir à des fonds de l’Union, tels que le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD), qui soutient les actions menées à l'échelle nationale pour fournir de la nourriture et/ou une assistance matérielle de base aux plus démunis.

Résilience et durabilité de nos systèmes alimentaires

Il est plus que jamais impératif de renforcer la résilience enréduisant la dépendance énergétique de l’agriculture européenne, de même que sa dépendance à l’égard des importations à forte intensité énergétique et des importations d’aliments pour animaux. Pour assurer la résilience, il est nécessaire de diversifier les sources d’importation et les débouchés grâce à une solide politique commerciale multilatérale et bilatérale.

Translations of the webpage in Arabic and Swahili

Publications à caractère général22 décembre 2022
Translation of the webpage in Arabic
Publications à caractère général22 décembre 2022
Translation of the webpage in Swahili