Skip to main content
Annonce24 juillet 2019DakarDirection générale de l’environnement

La vision de Dakar pour faire progresser l’économie circulaire, les industries vertes et l’emploi en Afrique de l’Ouest

L’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), la Commission Européenne, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la République du Sénégal ont organisé une Conférence Régionale de Haut Niveau sur « L’économie circulaire, les industries vertes et l’emploi en Afrique de l’Ouest», les 22 et 23 Juillet 2019, à Dakar, Sénégal. Les participants à cette Conférence Régionale de Haut Niveau ont proposé une vision commune sur les voies et moyens pour développer l’économie circulaire et l’industrie verte dans les pays de l’Afrique de l’Ouest.

Ils ont réaffirmé leur attachement aux accords internationaux pertinents tels que l’Agenda 2030 des Nations Unies et ses objectifs de développement durable (ODD), le Programme d’action d’Addis-Abeba, l’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Ils ont également reconnu la nécessité de progresser encore dans la mise en oeuvre de la Troisième Décennie pour le Développement industriel de l’Afrique 2016-2025 et de l’Alliance Afrique-Europe pour l’investissement durable et l’emploi. C’est dans ce contexte qu’ils ont:

  • Reconnu et encouragé le rôle croissant que les industries vertes jouent déjà dans l’amélioration de l’utilisation des ressources tout en réduisant la pollution, créant des emplois, stimulant l’innovation, diversifiant les économies et en ouvrant ainsi la voie à une transition plus large vers une économie circulaire dans la region et ses alentours;
  • Souligné le fait que les industries vertes et les entreprises circulaires aident les pays à atteindre de multiples objectifs dans le cadre de l’Agenda pour le développement durable à l’horizon 2030 et à aboutir à des résultats climatiques positifs;
  • Exprimé leur préoccupation face aux niveaux alarmants et croissants de production de déchets et aux défis que cela représente, mais ont reconnu le potentiel des déchets en tant que ressource ;
  • Souligné la nécessité de créer des cadres politiques et financiers favorables et d’encourager l’innovation afin de faciliter la transition et de réduire, voire de supprimer les obstacles financiers et autres qui entravent les pratiques commerciales novatrices et circulaires ainsi que les nouveaux modèles commerciaux pour l’écologisation des Micro, Petites et Moyennes Entreprises (MPME);
  • Souligné l’importance des MPME dans le développement des secteurs industriels verts et de l’économie circulaire au sens large;  
  • Reconnu la nécessité de sensibiliser et de promouvoir des modes de production et de consommation nouveaux et durables, par le biais de l’éducation à tous les niveaux, pour un meilleur avenir pour nos enfants, nos jeunes et la société ;
  • Souligné le rôle catalyseur des partenariats public-privé et de la coopération internationale dans les domaines de l’élaboration des politiques, de l’innovation, des infrastructures, de la finance durable, des parcs industriels et des zones économiques pour soutenir les industries vertes et la transition globale vers une économie circulaire

Dans ce contexte, ils ont souhaité :

  1. Renforcer l’engagement en faveur de l’économie circulaire et des industries vertes, notamment par le biais de cadres régionaux, continentaux et multilatéraux par la promotion d’une infrastructure qualité, de normes et de standards.
  2. Soutenir la recherche analytique sur les avantages et les opportunités offertes par les industries vertes et les pratiques de l’économie circulaire ;
  3. Renforcer la coopération bilatérale, régionale et internationale pour opérationnaliser l’économie circulaire et le développement industriel vert, à travers des échanges sur les meilleures pratiques en matière de politique et de cadres de gouvernance ;
  4. Collaborer et renforcer les capacités des institutions financières pour augmenter les investissements dans les industries vertes et les activités relatives à l’économie circulaire au sens large;
  5. Faciliter la collaboration entre entreprises et chaînes de valeur dans les domaines de la conception des produits, de l’efficatité des ressources et des méthodes de production plus propres, des matériaux durables, des systèmes et des technologies de gestion de l’eau, de l’énergie et des déchets ;
  6. Promouvoir la collaboration en vue de l’adoption de pratiques circulaires dans les secteurs économiques pour le développement de parcs industriels et de zones économiques dédiées pour le développement de nouveaux secteurs d’activité pour la croissance des villes durables et le développement d’infrastructures durables ;
  7. Intensifier les partenariats en matière de recherche et d’innovation, faciliter le transfert de technologies respectueuses de l’environnement et socialement inclusives et prendre en compte le rôle de la Quatrième révolution industrielle en tant qu’élément moteur pour le développement des industries vertes et des économies circulaires.

Les participants ont remercié le gouvernement du Sénégal, la Commission Européenne, la CEDEAO et l’ONUDI d’avoir co-organisé cette conférence.

 

Détails

Date de publication
24 juillet 2019
Auteur
Direction générale de l’environnement
Lieu
Dakar